Devenir membre
Accueil > Publications > Publication détails


L'AFITE est membre de


Ils soutiennent l'AFITE

7th pan-European environmental assessment

Malgré les progrès réalisés dans certains domaines, les gouvernements de la région paneuropéenne doivent faire preuve d'une ambition beaucoup plus grande dans la lutte contre le changement climatique, la protection des écosystèmes et la gestion et la lutte contre les déchets et la pollution, souligne une nouvelle évaluation de l'ONU présentée le 5 octobre 2022 aux ministres européens.

La 7e évaluation environnementale paneuropéenne a été présentée aujourd'hui à la 9e Conférence ministérielle « Environnement pour l'Europe », la plus haute instance des Nations Unies en matière de politique environnementale dans la région - couvrant 54 pays de l'Union européenne, les membres de l'Association européenne de libre-échange, les Balkans, le Caucase, l'Europe orientale et l'Asie centrale.

Le rapport conjoint de la Commission économique des Nations Unies pour l'Europe (CEE-ONU) et du Programme des Nations Unies pour l'environnement (PNUE) appelle à une action plus importante pour faire face à la triple crise planétaire qui affecte le climat, la nature et la pollution, dont les effets font plus que jamais des ravages sur la vie et le bien-être des populations de la région paneuropéenne.

Des efforts accrus sont nécessaires pour lutter contre la pollution atmosphérique

Des progrès ont été réalisés ces dernières années grâce à la mise en œuvre de politiques de lutte contre la pollution atmosphérique, mais des efforts accrus sont nécessaires, car la pollution atmosphérique reste le plus grand risque pour la santé dans la région. Le rapport note qu'entre 2009 et 2018, 41 pays européens ont enregistré une réduction de 13% des décès prématurés dus à une exposition à long terme aux particules fines (PM2,5). Pourtant, la concentration de PM2,5 a continué de dépasser la recommandation de 2005 de l'Organisation mondiale de la santé concernant la qualité de l'air de 10 μg/m3 - 10 millionièmes de gramme par mètre cube d'air - et la limite plus stricte de 5 μg/m3 de 2021 dans toute la région.

En réponse, l'évaluation appelle à des mesures supplémentaires, y compris l'utilisation et l'affinement des meilleures techniques disponibles pour prévenir les émissions de particules, de NOx et d'hydrocarbures par l'industrie, et pour réduire les émissions provenant du trafic en mettant en œuvre des normes d'émission connues sous le nom de Euro-6 et Euro-7. Tous les pays devraient aligner les normes de qualité de l'air ambiant sur les dernières directives de l'OMS.

L'augmentation des émissions de GES doit être réduite

Alors que tous les pays de la région paneuropéenne se sont engagés à réduire les émissions de gaz à effet de serre, les émissions nettes continuent d'augmenter. Les réductions, principalement réalisées dans la partie occidentale de l'Europe (2014-2019), sont compensées par l'augmentation des émissions dans le reste de la région.

L'utilisation des énergies renouvelables a augmenté dans 29 pays entre 2013 et 2017, mais la région dépend encore largement des combustibles fossiles, représentant environ 78 % de la consommation finale totale d'énergie. La part des énergies renouvelables dans le bouquet énergétique augmente plus lentement que la consommation globale d'énergie dans la région.

Les gouvernements devraient donc éliminer ou réformer les subventions et incitations préjudiciables (tous les pays de la région continuent de mettre en œuvre des subventions aux combustibles fossiles) et développer des incitations efficaces pour approfondir la décarbonisation en réorientant la promotion des investissements vers les énergies renouvelables.

La coopération reste essentielle pour relever les défis de l'eau

Les bassins fluviaux, les lacs et les aquifères de la région sont soumis à de multiples stress, et le changement climatique pose des défis supplémentaires pour la quantité et la qualité de l'eau douce, tels que les inondations, les sécheresses, les maladies d'origine hydrique et les changements de biodiversité dans les écosystèmes aquatiques. La pollution et les rejets d'eaux usées urbaines et industrielles demeurent importants et les contaminants organiques persistants sont préoccupants pour la santé publique. Parallèlement à des mesures renforcées visant à conserver l'eau, à améliorer l'efficacité de son utilisation (par exemple par l'agriculture de précision dans la production de cultures irriguées) et à exploiter des solutions fondées sur la nature pour les bassins de rétention d'eau, il convient d'explorer le potentiel des sources d'eau non conventionnelles telles que l'eau recyclée.

Les écosystèmes terrestres et marins menacés nécessitent une action concertée

L'état des écosystèmes reste une source de préoccupation, sans aucune preuve d'une tendance globale clairement positive dans la région, prévient l'évaluation. Les aires protégées dans la région paneuropéenne ont presque triplé au cours des 30 dernières années et une augmentation globale de la superficie forestière dans la région de la CEE-ONU de 33,5 millions a été observée. Les gouvernements devraient veiller à ce que les tendances dans les zones forestières restent positives et prendre des mesures supplémentaires pour sauvegarder les forêts primaires et intactes restantes et leur fonctionnalité écologique.

Alors que les aires marines protégées ont augmenté de 66 % et les aires terrestres de 22 % au cours des cinq dernières années, la perte globale de biodiversité continue de se produire. Les gouvernements devraient éliminer ou réformer les subventions et les incitations pour les produits et les activités qui entraînent la perte de biodiversité et développer des incitations pour intégrer la conservation de la biodiversité dans tous les secteurs et politiques.

Une économie circulaire et plus efficace contribuera à faire face à l'utilisation croissante des déchets et des ressources

Même lorsqu'il existe un engagement politique fort en faveur d'une économie circulaire, comme dans l'Union européenne et dans d'autres pays d'Europe occidentale, la quantité de déchets produits continue d'augmenter. Les taux de recyclage diffèrent considérablement d'un pays à l'autre et sont particulièrement faibles en Europe de l'Est et en Asie centrale. Les taux de recyclage des déchets municipaux supérieurs à 45% n'existent que dans quelques pays de l'UE et en Suisse. La collecte et le recyclage des déchets électroniques sont très déficients dans toutes les sous-régions.

En réponse, l'évaluation exhorte les gouvernements à intensifier la prévention des déchets dans la production et la consommation et la réparation, la remise à neuf et le reconditionnement, y compris par le biais d'incitations financières telles que des allégements fiscaux. Un partenariat paneuropéen pour la gestion des déchets électroniques permettrait de récupérer des ressources précieuses.

Au cours du dernier demi-siècle, l'extraction de minéraux a triplé à l'échelle mondiale, l'extraction et le traitement des ressources naturelles représentant plus de 90% de la perte de biodiversité et du stress hydrique et environ 50% des impacts du changement climatique. Les gouvernements de la région devraient adopter une approche économique circulaire - ou efficace dans l'utilisation des ressources - et renforcer la gestion des matières premières, y compris, par exemple, par l'application de la Classification-cadre des Nations Unies pour les ressources et du Système de gestion des ressources des Nations Unies.

Nécessité de renforcer la résilience aux catastrophes

Environ 65 % de la population de la région est couverte par des stratégies locales de réduction des risques de catastrophe. Seuls 15 pays de la région ont indiqué que toutes leurs autorités locales mettaient en œuvre de telles stratégies au titre de la cible 13.1 des ODD; alors que 23 pays - qui représentent ensemble un quart de la population de la région - ne rendent pas compte de cet objectif.

Un financement vert est nécessaire

En pourcentage du PIB, les dépenses publiques consacrées à la protection de l'environnement (avec un maximum d'environ 0,8 %) sont beaucoup plus faibles que les recettes fiscales environnementales, ce qui implique que les recettes provenant des taxes environnementales ne sont pas affectées à la réduction des dommages environnementaux. Les gouvernements devraient donc favoriser le développement de la finance verte et envisager de consacrer des dépenses à la protection de l'environnement dans le contexte plus large des finances environnementales et publiques.

La durabilité doit être au cœur du développement des infrastructures

L'investissement dans les infrastructures durables a été reconnu comme l'un des moyens d'obtenir le plus grand impact positif dans la reprise post-pandémie de COVID. Cependant, la plupart des pays de la région n'ont pas encore mis au point de mécanismes pour intégrer des considérations de durabilité (telles que le risque climatique) et la comptabilité de l'externalité (par exemple, le coût de la pollution, les services écosystémiques ou la protection de la biodiversité) dans l'analyse coûts-avantages des grands projets d'infrastructure. Les outils existants offerts par la CEE et le PNUE peuvent y remédier.

L'éducation au développement durable et un système de données partagées peuvent renforcer la gouvernance environnementale

Le système de gouvernance de l'environnement dans la région paneuropéenne reste fragmenté en termes de politiques appliquées, d'institutions, d'harmonisation de la législation et de participation aux accords multilatéraux sur l'environnement. Des lacunes subsistent également dans la mise en œuvre de la bonne gouvernance environnementale, notamment en ce qui concerne la participation du public, la transparence, la réactivité, l'efficacité et l'efficience.

Parmi les solutions, l'évaluation indique de capitaliser davantage sur le potentiel de l'éducation au développement durable (EDD) pour doter les populations des capacités à jouer un rôle actif dans la gouvernance environnementale.

L'évaluation note également que, bien que le rapport final d'examen sur la mise en place du Système partagé d'information sur l'environnement ait révélé que de tels systèmes nationaux ont été mis en place avec succès dans tous les pays d'Europe et d'Asie centrale, ils varient dans leur forme et leur utilisation et qu'il faut combler les lacunes qui subsistent.



Auteur : UNECE - UNEP
Editeur : UNECE - UNEP
Année : 2022
5 Octobre 2022
222 pages
Anglais
Lien : https://unece.org/info/Environment-Policy/pub/370327


Publié le 07/10/2022




Nous suivre
Agenda
<< Janvier 2023 >>
L M M J V S D
            1
2 3 4 5 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 17 18 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31          
Parutions
Artificialisation des sols : quels avenirs pour les maisons individuelles ?
Quelle insertion professionnelle pour les jeunes formés dans le domaine environnemental ?
Quelles politiques pour favoriser l’évolution de la société vers la sobriété ?
Du sol au foncier, des fonctions aux usages, quelles politique foncière ?
Nominations
Groupe LIEBOT
KLOTZ  Christophe
Groupe RAJA
THIECK Brigitte
SUEZ Smart & Environmental Solutions
VILLOSLADA Patricia
Coca-Cola
HICHRI Hédi