Devenir membre
Accueil > Actualités > Actualité détail
News
Activités Afite
Communiqués de presse
Agenda
Nominations


L'AFITE est membre de


Ils soutiennent l'AFITE

Pollution de l’air : Paris, Londres et Séoul vont créer un système de notation des véhicules

Les maires de Paris, Londres, et Séoul, ont annoncé mardi 28 mars un nouveau système de notation des véhicules, fondé sur leurs émissions réelles de particules polluantes.

Anne Hidalgo, Maire de Paris et Présidente du C40, Sadiq Khan, Maire de Londres, et Won-soon Park, Maire de Séoul, ont annoncé mardi un nouveau système de notation des véhicules, fondé sur leurs émissions réelles de particules polluantes. Il permettra aux citoyens de connaître enfin le véritable impact environnemental des véhicules qu'ils achètent et qu'ils conduisent. Il limitera aussi les abus constatés chez certains constructeurs qui profitent des lacunes de la labélisation actuelle.

Dans l'Union Européenne, le système de notation des véhicules n'évalue que certains polluants et se fonde sur des tests en laboratoire. Les émissions réelles des véhicules en circulation s'avèrent être jusqu'à 15 fois plus importantes que celles constatées lors de ces tests.

Le nouveau système de notation, annoncé mardi par Anne Hidalgo, Sadiq Khan et Won-soon Park consistera en l'attribution d'une note pour chaque modèle de véhicule. Elle sera calculée en fonction de l'ensemble des polluants qu'il émet en situation réelle, c'est-à-dire lorsqu'il circule. Ces notes pourront être consultées par les citoyens de façon totalement transparente sur des sites internet dédiés.

Les consommateurs auront ainsi une connaissance complète et précise du niveau de pollution émis par le véhicule qu'ils projettent d'acheter ou qu'ils possèdent. Cette information fiable et transparente des émissions réelles sera fournie par l'International Council on Clean Transportation (ICCT) et Emissions Analytics. Paris et Londres projettent de mettre ces informations en ligne dès la fin 2017.

Une annonce qui vise à inciter les constructeurs à investir dans les véhicules propres

« Cela fait trop longtemps que certains constructeurs automobiles profitent d'une réglementation floue et que les consommateurs sont dans l'impossibilité de connaître l'impact sanitaire réel causé par leur véhicule », a déclaré Anne Hidalgo, Maire de Paris et présidente du C40.

« Cette annonce vise à interpeller les constructeurs automobiles et à leur faire comprendre qu'ils doivent agir maintenant. Les habitants de Paris et des autres villes du monde veulent respirer un air propre. Ce nouveau système de notation est une étape essentielle vers cet objectif », a-t-elle expliqué.

« Ce système de notation mettra un terme aux miroirs aux alouettes qui ont parfois été utilisés lors des évaluations officielles menées par certains constructeurs. Il va permettre aux Londoniens d'accéder à des données honnêtes, exactes et indépendantes. Avec ces futures analyses en conditions réelles, d'une part nous aiderons les Londoniens à faire leurs choix en connaissance de cause, d'autre part nous encouragerons les constructeurs automobiles à concevoir plus rapidement des véhicules propres », a souligné Sadiq Khan, Maire de Londres et vice-président du C40.

« Ce système est également un excellent exemple de la manière dont les grandes villes peuvent user de leur influence pour encourager l'industrie automobile à changer d'attitude. La toxicité de l'air à Londres comme dans d'autres grandes villes est indécente. Ce système déployé par Paris et Londres tout ce qu'il faut pour faire la différence et rendre l'air plus respirable », a-t-il ajouté.

« La réduction des gaz polluants doit être une priorité lorsque l'objectif des Maires est de lutter contre la pollution », a déclaré le Maire de Séoul, Won-soon Park. « Les villes avaient déjà apporté une contribution importante dans le cadre de l'élaboration et l'adoption de l'Accord de Paris et aujourd'hui, elles font un effort commun supplémentaire pour maîtriser la pollution de l'air et pour rendre les villes plus respirables pour les citoyens », a-t-il expliqué.

Un programme rejoint par six autres villes et plusieurs partenaires

Anne Hidalgo a annoncé que ce programme sera soutenu par la Fédération Internationale Automobile, Bloomberg Philanthropies et le Fonds Anita Bekenstein. Le C40 travaillera avec l'ONG ICCT et Emission Analytics pour mesurer les émissions par le biais de télécapteurs et d'équipements de suivi des émissions.

« Ce nouveau système de notation va responsabiliser les consommateurs afin qu'ils fassent leur choix en connaissance de cause, dans le respect de la santé publique et de la planète », a déclaré Michael R. Bloomberg, Président du Conseil d'administration du C40 et Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour les Villes et le Changement climatique. « C'est un bon exemple qui prouve que les décisions qui améliorent la vie quotidienne, alimentent aussi le progrès dans la lutte contre le dérèglement climatique », a-t-il estimé.

D'autres villes membres du C40, parmi lesquelles Madrid, Mexico, Milan, Oslo et Tokyo, se sont jointes au projet pour créer ce système de notation mondial précis et accessible à tous.

Les normes actuelles sont trop faciles à contourner et ont perdu toute crédibilité

La certification actuelle des véhicules dans l'Union Européenne s'applique uniquement aux émissions de CO2, par des tests réalisés en laboratoire. Des scandales récents ont démontré à quel point il était aisé pour les constructeurs automobiles de manipuler ces tests, leur retirant toute crédibilité aux yeux du public. La recherche a également démontré que ces systèmes de tests ne permettent pas d'établir les niveaux toxiques des émissions réelles. Certains véhicules diesel conformes à la norme européenne la plus stricte, EURO 6, émettent en réalité plus d'oxyde et de dioxyde d'azote qu'un poids lourd moderne. Ce polluant atmosphérique est le plus dangereux pour l'être humain.

« Nous possédons aujourd'hui la technologie permettant de mesurer précisément l'impact environnemental réel de ces véhicules énergivores qui circulent sur nos routes. L'action des Maires du C40 permettra d'ouvrir les yeux de tous », a déclaré Mark Watts, directeur exécutif du C40. « Une nouvelle fois, les Maires sont précurseurs et luttent pour un air plus propre et pour la réduction des émissions de gaz qui empoisonnent notre planète », a-t-il salué.

L'annonce de ce nouveau critère a été faite après une réunion à huis-clos réunissant les Maires et des constructeurs automobiles. Ce temps de travail en commun leur a permis d'aborder les solutions à activer ensemble pour accélérer la transition vers des véhicules à faibles émissions et les véhicules électriques. C'est une première étape vers la mutualisation de leurs efforts en faveur d'un avenir durable.

De nombreuses initiatives ont été lancées ces dernières années par les villes du C40

Depuis quelques années, les Maires du C40 s'engagent dans un combat mondial unique contre la pollution de l'air. Rejointe par vingt Maires européens, Anne Hidalgo, Maire de Paris, a lancé un appel en mars 2016 demandant à l'Union Européenne de corriger les textes qui permettent actuellement aux constructeurs automobiles la fabrication de véhicules émettant des niveaux de particules fines élevés. 130 000 ont soutenu cette initiative en signant une pétition.

En juillet 2015, Paris a été la première ville de France à créer une zone de circulation restreinte pour les véhicules les plus polluants. Les interdictions de circuler sont appliquées progressivement jusqu'en 2020. Depuis janvier 2017, les automobilistes ont l'obligation d'apposer les vignettes Crit'Air sur leurs véhicules. Des aides financières sont proposées par la Ville de Paris aux particuliers et aux professionnels pour les aider à acquérir des véhicules propres.

Londres va créer d'ici septembre 2020 la première zone d'émissions ultra faibles* au monde. À partir d'octobre 2017, les véhicules qui circulent dans le centre de Londres devront respecter le seuil d'émission de gaz d'échappement ou s'acquitter d'une somme de 10 livres sterling au titre de l' « Emissions Surcharge » (appelé également T-Charge).

Depuis mars, le centre-ville de Séoul est lui aussi une zone de circulation restreinte. Cette mesure s'inscrit dans le cadre d'un plan municipal pour restreindre les émissions carbones de 40% d'ici à 2030. Les véhicules diesel et les véhicules de chantier ne peuvent plus circuler dans le centre-ville. Le nombre de véhicules particuliers dans cette zone est ainsi réduit de 30%.

 


Publié le 03/04/2017




Nous suivre
Agenda
<< Mai 2017 >>
L M M J V S D
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31        
Parutions
Bilan 2017 de l’état de la biodiversité en France
Les éco-activités et l’emploi environnemental en 2015
Collectivités, comment réussir la mise en oeuvre du tri à la source des biodéchets ?
The Political Economy of Biodiversity Policy Reform
Nominations
MTES
PAPPALARDO Michèle
Cemoi
MUÑOZ Joaquin
Arcadis
SPIEGEL Isabelle
MTES
HULOT Nicolas